Madrid (Espagne). Dans une interview publiée le 18 novembre 2021 dans l’hebdomadaire catholique Alfa y Omega, supplément du quotidien espagnol ABC, sœur María del Rosario García Ribas, élue Vicaire Générale de l’Institut des Filles de Marie Auxiliatrice au cours du XXIVème Chapitre Général, parle des nouveaux défis auxquels sont appelés les Filles de Marie Auxiliatrice et les Communautés Educatives dans la mission avec les jeunes, dans un scénario encore caractérisé par la pandémie de Covid-19.

‘’Durant la pandémie les jeunes ont redécouvert des valeurs oubliées’’ est le titre de l’interview de la journaliste María Martínez López, dans laquelle sœur María del Rosario remémore l’évènement du XXIVème CG récemment vécu, où les Membres du Chapitre Général, en regardant à l’exemple de Marie à Cana de Galilée, ont réfléchi sur comment être une ‘’une présence à l’écoute, qui marche avec les autres, en communion avec la communauté, en sortie et en réseau’’ afin ‘’d’identifier les appels de Dieu’’ dans une réalité ‘’inédite’’ comme celle actuelle.

Pendant la pandémie, les jeunes des œuvres dans lesquelles les FMA sont engagées ‘’ont partagé avec toute l’humanité la souffrance, l’insécurité et l’incertitude’’ – raconte sœur María del Rosario, qui avant d’être appelée au service de Vicaire Générale était Mère Provinciale de la Province Marie Auxiliatrice (SPA) – et ils ont ressenti ‘’le pessimisme, la tristesse, la solitude et la difficulté à se projeter dans l’avenir’’. Cependant, du partage des expériences ont également émergé, ‘’la générosité, la solidarité et l’engagement’’ générés par cette période de crise.

De la part des Communautés Educatives, l’engagement à être proche des jeunes n’a pas manqué, par le biais d’une assistance matérielle aux familles des étudiants et d’une aide à l’enseignement à distance pendant le ‘’lockdown’’, de l’envoi de matériel, de l’ouverture d’une station de radio ou du financement de la connexion wifi à la maison. Dans beaucoup de ces initiatives, ‘’les jeunes ont été protagonistes’’ – dit la Vicaire Générale – et ‘’ils se sont sentis appelés à redécouvrir des valeurs que peut-être ils avaient oublié’’.

Dans l’interview, sœur María del Rosario reprend également l’aspect de la vocation et souligne que l’essentiel n’est pas dans la recherche de meilleures formes de gestion et d’organisation, mais plutôt dans le ‘’désir de continuer à répondre avec fidélité au charisme’’ et de parier sur ‘’ce qui est vraiment fondamental : répondre aux aspirations profondes des jeunes, en particulier des plus faibles ; les accompagner d’un point de vue éducatif et proposer l’Evangile comme source de bonheur’’.

Les jeunes sont ‘’une terre sacrée et nous voulons les voir, comme le disait Dom Bosco, heureux ici et dans l’éternité’’. ‘’Notre présence parmi eux atteint son apogée lorsqu’ils se rencontrent face-à- face avec Jésus de Nazareth. C’est notre objectif’’. Les atteindre par l’éducation pendant leur temps libre ‘’ne signifie pas être superficiel, en leur ouvrant les cours pour jouer, les salles de sport ou les théâtres pour leur faire faire des comédies musicales’’. Toutes ces activités ‘’sont accompagnées d’une proposition claire de foi’’ et adaptée à eux.

A cet égard, sœur María del Rosario reconnaît que l’Exhortation post-synodale Christus Vivit, que le Pape François a encouragé à continuer à approfondir, ‘’est un véritable don’’ : elle a ‘’des clés très concrète’’ que les Filles de Marie Auxiliatrice utilisent afin de ‘’consolider et d’ouvrir de nouvelles perspectives’’ dans l’accompagnement et pour faire en sorte que les jeunes ‘’soient protagonistes’’ dans la vie des Communautés Educatives.

Interview complète

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.