Amérique. Du 3 au 5 février 2021, s’est déroulée en ligne  la rencontre de l’Ecole d’Amérique de la Conférence Interprovinciale des Nations Bolivariennes (CINAB) et de la Région Andine (Bolivie, Colombie, Equateur, Pérou et Venezuela) .

Réunis en direct, 48 membres responsables de l’Éducation et de la Pastorale des Provinces salésiennes, dont les Filles de Marie Auxiliatrice, les Salésiens de Don Bosco, les Filles des Sacrés Cœurs de Jésus et de Marie, et les Filles du Divin Sauveur, qui animent des centaines de centres éducatifs où sont formés des enfants, des adolescents, des adultes et des enseignants.

La réunion a commencé par un moment de prière préparé par le Père Wladimir Acosta, SDB, délégué pour la Pastorale des jeunes de l’Equateur  (ECU) et après la présentation des participants, la déléguée pour l’Amérique des Ecoles salésiennes (ESA), sr. Ivone Goulart Lopes, collaboratrice de l’Office FMA pour la Pastorale des Jeunes et le Père Claudio Cartes délégué à la Pastorale des Jeunes de la Province du Chili (CIL), ont adressé aux participants les salutations  initiales.

Les Référents de la Région Andine – Sr. Bertha Vivas, FMA et Don Luis Tórrez, SDB – ont présenté les objectifs de la Réunion : partager les défis de cette période de pandémie et de l’après-pandémie, renforcer le réseau de la Région Andine et du CINAB, mettre en commun les bonnes pratiques pour la mise en œuvre des points IV de l’ESA.

Le programme s’est poursuivi par la présentation par sr. Patricia Parraguez, FMA de la Province Chilenne Saint Gabriel Archange (CIL), du travail réalisé par la commission Centrale de ESA en 2020, pendant que sr. Brigida Pillallajo, FMA de la Province du Sacré Coeur de l’Equateur (ECU), a coordonné la présentation des bonnes pratiques réalisées dans la Province

La Conseillère Générale de l’Office FMA de la Pastorale des Jeunes, sr.  Runita Borja, dans son intervention,  a exprimé son approbation pour le choix de prendre en compte la situation pandémique dans la planification de la réunion : « C’est la clé pour aller de l’avant. Nous devons toujours nous placer dans un contexte réel, parce que la réalité est plus importante que l’idée. Et en tant que croyants, nous reconnaissons la présence vivante et active de Dieu, même dans cette réalité de grande souffrance. Ce n’est qu’ensemble que nous pourrons avoir le courage, la lumière et l’espérance dont nous avons besoin.

Le deuxième jour, deux moments de formation ont été proposés : « Les défis de l’éducation à l’époque du COVID et de l’après-COVID, à partir de l’identité salésienne» avec Don Tarcizio Morais, SDB du Dicastère de laPastorale des Jeunes et l’intervention de sr. Patricia Parraguez, FMA de la Province du CIL, sur : «Le  travail en ligne peut-il relever le défi ? ».

Don Miguel Ángel García,SDB, Conseiller Général pour la Pastorale des Jeunes, a tenu un moment de formation le dernier jour sur: « Les clés pour  l’accompagnement salésien en temps de pandémie ».

Parmi les aspects mentionnés dans son discours, l’invitation à la « pédagogie du silence » : « La pastorale, c’est aussi accompagner les processus de construction de l’identité personnelle, encourager la personne et lui donner la force et les conseils nécessaires pour utiliser plus efficacement son potentiel personnel et les ressources interpersonnelles. La pédagogie du silence est également importante, encourageant le repos, le calme, le silence… Pour regarder à l’intérieur“.

En plus des différentes conférences, les participants ont eu l’occasion de travailler en groupe pour partager les défis les plus forts en cette période de pandémie, en particulier en ce qui concerne l’accompagnement des enfants, des jeunes, des éducateurs et des enseignants dans les différentes réalités de l’Amérique.

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.