(Japon). Une secousse de tremblement de terre enregistrée au Japon a touché durement la ville d’Osaka, la seconde ville du Japon par le nombre d’habitants : plus de deux millions et demi d’habitants auxquels s’ajoutent six millions de personnes qui vivent dans la proche banlieue.

Ecoutons le récit des sœurs de la Province « Alma Mater » (GIA).

« Ecore une fois, le Japon a été victime d’un fort tremblement de terre avec tout ce que cela comporte !

Lundi 18 juin à 7h 58 du matin, alors que la plupart des gens allait au travail ou à l’école, un tremblement de 4e degré avec une magnitude de 5,9, a touché le territoire d’Osaka, Kyoto et les villes environnantes. Osaka, après Tokyo, est la ville la plus importante en nombre d’habitants.

Cette fois les conséquences du tremblement de terre ont été relativement peu importantes. Seulement cinq personnes sont mortes, tuées par l’écroulement des murs de la maison ou des murs extérieurs. On a été particulièrement touché par la mort d’une enfant de 9 ans qui était venue à l’école avant ses compagnes pour remplir son devoir de déléguée des élèves et qui, quelques mètres avant de rejoindre le portail, est restée sous les murs d’enceinte de la piscine, qui sont tombés juste quand elle passait. Il y a aussi beaucoup de blessés. Les journalistes parlent de plus de 300 personnes.

Les moyens de transport et de communication se sont arrêtés pendant toute la journée et beaucoup de personnes n’ont pas pu se rendre au travail et ont dû retourner chez elles. Dans certains endroits il n’y avait plus d’électricité ni d’eau, maintenant tout semble rentrer dans l’ordre. Beaucoup de personnes ont dû abandonner leur maison et se sont réfugiées dans des structures publiques.

A travers cette expérience nous avons pu une fois encore, constater la solidarité de l’Institut. Mère Yvonne nous a immédiatement contactées par téléphone, s’intéressant de la situation et nous promettant des prières pour les personnes en difficulté. Beaucoup d’autres personnes et également des sœurs ou des connaissances nous ont contactées par mail ou par téléphone pour manifester leur proximité.

La Province étudie la situation pour voir comment intervenir. Toutefois jusqu’à maintenant nous n’avons pas eu de grands dommages ni pour les personnes ni pour les structures.

Nous sommes reconnaissantes pour toutes les manifestations de solidarité qui nous ont fait sentir que notre Institut est une grande famille où les souffrances et les joies des unes sont les souffrances et les joies de toutes !

Nous nous confions encore à vos prières ! »

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.