Rome (Italie). Le 8 mars 2021 nous célébrons la Journée Internationale de la Femme, promue par l’Organisation des Nations Unies (ONU) afin de célébrer les réalisations des femmes dans les domaines social, économique, politique et culturel dans le monde entier et attirer l’attention sur le chemin qui reste encore à parcourir pour la reconnaissance de leurs droits.

Le thème de cette année : ‘’Les femmes dans la Leadership : atteindre un futur plus équitable dans un monde COVID-19’’ (Women in leadership : Achieving an equal future in a COVID-19 world), qui met en relief l’intense engagement des femmes afin d’atteindre un futur plus égal, dans un scénario de pandémie qui a amplifié les inégalités de genre.

Cette période de pandémie a mis en évidence la centralité de la contribution des femmes à l’économie mondiale, mais également la charge non négligeable qu’elles portent sur leurs épaules, souvent sans reconnaissance. Les femmes, en effet, sont en première ligne en tant que soignantes, caregiver, chercheuses et autres figures professionnelles, faisant preuve d’une grande capacité organisationnelle conciliant travail et vie de famille et affrontant la réalité du virus. Toutefois, leurs droits fondamentaux tels que l’égalité salariale entre les genres, le partage égal du travail domestique, l’accès aux rôles décisionnels et autres formes de traitement équitables ne leurs sont pas toujours reconnus.

A l’occasion de la Journée Internationale de la Femme 2021, la Commission du Vatican Covid-19, créée par le Pape François en mars 2020 afin d’exprimer la sollicitude de l’Eglise face à la pandémie, a annoncé la publication d’un document de travail intitulé : ‘’Les femmes et le COVID-19 : touchées de manière disproportionnée et protagonistes de la régénération’’. Il s’agit d’une analyse de la situation actuelle des femmes selon la vision de l’Eglise, avec des propositions d’actions et de cas concrets qui font entendre la voix des femmes de différentes parties du monde.

Une autre initiative pour célébrer cette Journée est le Séminaire en ligne ‘’Les femmes lisent Fratelli Tutti’’, qui s’est tenu le 3 mars 2021, organisé par l’Union Mondiale des Organisations des Femmes Catholiques (UMOFC/WUCWO) et par la Consultation des Femmes du Conseil Pontifical de la Culture (PCC), en collaboration avec le Conseil Pontifical pour le Dialogue Interreligieux (PCDI). Au cours du séminaire en ligne, des femmes en charge de communités religieuses – musulmanes, hindous, bouddhistes, juives, œcuméniques et catholiques – sont intervenues et ont fêté la femme en apportant leur contribution féminine et culturelle spécifique à la lecture de l’Encyclique, créant une communion dans la diversité, signe de l’harmonie souhaitée entre les peuples dans le cheminement de la fraternité.

La promotion de la femme sur les voies de l’intégration dans la société, par l’éducation intégrale, est un élément essentiel de l’identité de l’Institut des Filles de Marie Auxiliatrice, engagé depuis les origines dans émancipation de la femme. Les Lignes d’Orientation de la Mission Educative de l’Institut FMA, l’indique comme ‘’critères opérationnels’’ pour toute les Communautés Educatives des FMA.

‘’La promotion et l’éducation intégrale de la jeune femme sont des critères opérationnels qui caractérisent les Communautés Educatives des FMA. Maria Domenica Mazzarello et les premières FMA ont inauguré un style qui valorise les dons présents chez la femme, qui les cultive en vue de sa formation et de sa mission au sein de la société et de l’Eglise. Dieu, en effet, confie l’homme à la femme et a inscrit en elle une vocation particulière de protection et de promotion de la vie à tous les niveaux’’. (LOME 148)

Dans son Message pour le lancement du Pacte Educatif Global, le Pape François parle d’un processus qui demande l’engagement et la collaboration de tous, pour cette raison dans les différentes réalités éducatives dans le monde dans lesquelles elles œuvrent, les FMA construisent en synergie avec des associations, des groupes, des organismes et des institutions afin d’atteindre et de soutenir dans leur croissance les filles, les jeunes filles et les femmes.

Garantir aux femmes et aux jeunes filles un accès égal à l’éducation, aux soins médicaux, à un travail décent ainsi qu’à la prise de décisions, aux processus politiques et économiques, ce qui signifie construire pour le bénéfice de toute l’humanité, pour un monde plus fraternel et un avenir de paix.

‘’Ainsi les femmes, intimement liées au mystère de la vie, peuvent faire beaucoup afin de promouvoir l’esprit de fraternité, par leurs soins pour la préservation de la vie et par leurs convictions que l’amour est la seule force qui puisse rendre le monde habitable pour tous’’.

(Pape François – Discours à la Plénière du Conseil pontifical pour le Dialogue Interreligieux)

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.