Rome, (Italie). Le 7 septembre 2021, un Message commun  pour le soin de la Création a été publié. Il a été  signé le 1er septembre 2021, le Jour de la Création, comme un appel pour un environnement durable, par le Pape François, le Patriarche de Constantinople, Barthélemy et l’Archevêque de Cantorbéry Justin Welby.

Le Message est publié à l’occasion du Temps de la Création, qui est célébré du 1er septembre au 4 octobre, une occasion de prier et de prendre soin de la création de Dieu  et proche de la 26e Conférence des Etats sur le changement climatique des Nations Unies (COP26) qui réunira les dirigeants du monde entier à Glasgow (Royaume-Uni) :

« Alors que les dirigeants mondiaux se préparent à se réunir à Glasgow en novembre pour délibérer sur l’avenir de notre planète, nous prions pour eux et nous réfléchissons aux choix que nous devons tous faire. Par conséquent, en tant que dirigeants de nos Églises, nous exhortons chacun, quelle que soit sa foi ou sa vision du monde, à essayer d’entendre le cri de la terre et des pauvres, d’examiner son propre comportement et de s’engager à faire des sacrifices significatifs pour le bien de la terre que Dieu nous a donnée ».

Au début du Message, la situation globale de la pandémie est rappelée, pendant laquelle on a découvert comment tout est interconnecté et comment les actions personnelles affectent les autres. L’appel à « ne pas perdre ce moment » et les enseignements qu’il apporte s’adressent aux générations futures et exigent le choix de vivre autrement, de « choisir la vie » (cf. Dt 30, 19).

L’importance de la durabilité

Certains passages des Écritures, en particulier du Nouveau Testament, nous aident à avoir une vision à long terme – ne pas accumuler en abondance en oubliant que la vie est limitée, ne pas gaspiller son héritage, construire sur le roc au lieu du sable – pour souligner le concept de gardien, de responsabilité individuelle et collective envers ce que Dieu a confié à l’homme, « un point de départ essentiel pour la durabilité sociale, économique et environnementale ». Bien que beaucoup n’expriment pas de préoccupation pour les personnes et les limites de la planète, il ne faut pas oublier que “la nature est résiliente, mais délicate”.

L’impact sur les personnes vivant dans la pauvreté

La crise climatique actuelle en dit long sur qui nous sommes et comment nous voyons et traitons la création de Dieu.” Dans cette déclaration, nous trouvons le principe de l’écologie intégrale, exprimé dans la Lettre Encyclique ‘Laudato si ‘ (LS Chap. 4), qui relie la dimension écologique aux dimensions humaines et sociales. Les conséquences immédiates des catastrophes environnementales tombent souvent sur les personnes les plus pauvres, qui ont moins de responsabilité dans leur origine. Or, il s’agit d’une injustice qui touche tout le monde : « Les catastrophes atmosphériques et naturelles extrêmes de ces derniers mois nous révèlent à nouveau avec une grande force et avec un grand coût humain que le changement climatique n’est pas seulement un défi futur, mais aussi une question de survie immédiate et urgente“.

Pour protéger les enfants et les adolescents d’aujourd’hui de conséquences plus catastrophiques, les Guides des l’Églises lancent un appel concret aux adultes pour que, en tant que « collaborateurs de Dieu » (Gn 2, 4-7), ils prennent la responsabilité de soutenir le monde :

« On entend souvent des jeunes qui comprennent que leur avenir est menacé. Pour eux, nous devons choisir de manger, de voyager, de dépenser, d’investir et de vivre différemment, en pensant non seulement aux intérêts et revenus immédiats, mais aussi aux bénéfices futurs. Nous nous repentons des péchés de notre génération. Nous sommes aux côtés de nos jeunes frères et sœurs du monde entier dans une prière sincère et une action engagée, pour un avenir qui corresponde toujours plus aux promesses de Dieu ».

L’impératif de la coopération

“Ensemble” est le mot qui revient le plus souvent dans les conclusions du Message où il est demandé d’assumer la responsabilité individuelle de l’utilisation des ressources et en même temps de marcher ensemble dans l’engagement de prendre soin de la création, vers une société plus juste : “Ensemble, en tant que communautés, Églises, villes et nations, nous devons changer de cap et découvrir de nouvelles façons de collaborer pour briser les barrières traditionnelles entre les peuples, cesser de rivaliser pour les ressources et commencer à collaborer”. Pour la première fois “ensemble”, le pape François, le patriarche Bartholomée et l’archevêque Welby abordent l’urgence de la durabilité environnementale pour faire appel “au cœur et à l’esprit de chaque chrétien, de chaque croyant et de chaque personne de bonne volonté” pour l’avenir de la planète et de ses habitants : « Choisis donc la vie, pour que toi et tes descendants viviez » (Dt 30,19).

Un message commun pour le soin de la création

1 COMMENTAIRE

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.