Rome (Italia). En lien avec le Synode sur: les jeunes, la foi et le discernement vocationnel (cf Instrument de travail nos 213-214), on partage, au cours de ce mois de Décembre, le troisième approfondissement sur le parcours d’accompagnement de la jeunesse des Saintes, Bienheureuse, Vénérables et Servantes de Dieu.

Sœur Maria Romero Meneses, l’amie des pauvres, est la première femme de l’Amérique Centrale, à rejoindre les honneurs des autels.

Accompagnee sur le chemin de la saintete

« La famille est le miroir dans lequel Dieu se regarde et voit les deux miracles les plus beaux qu’il ait fait : donner la vie et donner l’amour » (St Jean Paul II). Maria a la chance d’avoir une famille riche de foi, où la vie est un don, fruit de l’amour, et où l’on apprend à avoir confiance en Dieu et en la Vierge Marie. L’enfant est pour tous un cadeau du nouvel an, elle est née en effet le 13 janvier 1902 à Granada (Nicaragua). Ses parents Félix Romero et Ana Meneses, tous deux d’origine espagnole, la font baptiser cette même année et deux ans plus tard, en 1904, elle reçoit la confirmation, comme cela se faisait à cette époque.

Née dans la riche maison de sa grand-mère maternelle, Maria reste avec elle pendant les premières années de sa vie. Dans ce milieu, elle jouit de l’affection de sa maman, des récits de sa grand- mère, et de l’instruction reçue d’au moins sept tantes maternelles, qui restées célibataires, dirigent une école privée pour jeunes filles de bon niveau social. Elles assurent surtout la richesse la plus importante pour la vie de Maria : une bonne formation chrétienne, basée non sur la menace mais sur la raison, non sur la peur mais sur l’amour, et où Dieu est le maître de la maison.

L’expérience de la famille sera fondamentale dans la personnalité de Maria et aussi dans son apostolat, en effet elle cherchera toujours d’offrir aux plus pauvres, la joie de se savoir aimés d’un Dieu qui est avant tout Père miséricordieux, qui crée la famille à travers l’accueil, la bonté, l’écoute, le don. Tout cela met, dès l’enfance, de solides racines dans son cœur. Elle est consciente qu’elle a été bénie de Dieu et voudrait que les autres aussi jouissent de cette joie et de cette bénédiction.

Continuer à lire ici

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.