Rome (Italie). Le 26 juin 2022, dans le parc de la Faculté Pontificale des Sciences de l’Education « Auxilium » de Rome – rebaptisé pour l’occasion ‘’la Cathédrale Laudato Sì’’ – une Journée de Fête a eu lieu, organisée par la Vice-Province Marie Mère de l’Eglise (RMC), ouverte aux enfants et aux jeunes, aux familles, aux amis, aux prêtres et aux religieuses de la Paroisse, aux collaborateurs et collaboratrices du quartier, au Club Laudato Sì des forêts, à l’Association Amico Albero, aux représentants des Districts XIII et XIV et à tous ceux qui ont voulu être là, afin de célébrer le 150ème anniversaire de la Fondation de l’Institut des Filles de Marie Auxiliatrice, pour commémorer et être ensemble.

A la fête, qui voulait être ‘’un jour de gratitude’’ pour toute les FMA qui, en 150 ans d’histoire, ont éduqué des hommes et des femmes pour l’aujourd’hui et l’avenir. Toutes les sœurs des Communautés qui composent les quatre Communautés de Rome de la Vice-Province : la Maison Mère Angela Vespa, la Maison Mère Ersilia Canta, la Maison Mère Mazzarello et la Maison Sœur Teresa Valsé Pantellini étaient présentes.

Deux étudiantes de la Faculté des Sciences de l’Education « Auxilium » ont présenté et animé les différents moments du riche programme de la journée. Dans le ‘’salon vert’’, elles ont interviewé sœur María del Carmen Canales, Supérieure de la Vice-Province, sœur Piera Ruffinatto, Doyenne de la Faculté et sœur Grazia Loparco Vice-Présidente, sur le sens de l’histoire et de la nécessité du souvenir, d’être des Filles de Marie Auxiliatrice et de la vocation à être des éducatrices.

De la mémoire racontée à la commémoration de l’Eucharistie, le pas a été court. ‘’Comment dire ‘merci’ pour 150 ans d’éducation ?’’, a demandé dom Francesco Motto, Salésien de Dom Bosco du Centre d’Etudes Dom Bosco de l’Université Pontificale Salésienne (UPS), qui a présidé la Célébration Eucharistique.

La liturgie du treizième Dimanche du Temps Ordinaire offre une image et une pensée : ‘’L’image est un triptyque : Jésus au centre et sur les côtés Dom Bosco et Mère Mazzarello’’. Un jeune paysan, pauvre et d’un village perdu à quelques kilomètres de Turin et une très jeune paysanne, tout aussi pauvre et en plus de santé fragile, elle aussi d’un village caché dans les collines du Monferrato, ont fait confiance à Dieu.

‘’C’est pourquoi – a poursuivi dom Francesco – leurs désirs de faire du bien aux jeunes sont maintenant des pays, des maisons, des prêtres et des religieuses, des jeunes par millions, qui, dans toutes les parties du monde sont éduqués et éduquent’’. Faire confiance à Dieu : c’est le message qui traverse de génération en génération l’histoire et les années de vie de l’Institut des Filles de Marie Auxiliatrice ‘’et qui arrive jusqu’à nous, afin de guider notre projet de vie, notre vocation et notre place dans le monde’’.

La gratitude se fait convivialité partagée dans l’agape fraternelle, dans la joie de la rencontre, dans le jeu des enfants et des jeunes, dans le chant et les danses des différentes cultures des étudiantes FMA, dans la découverte des beautés naturelles que le parc – un poumon vert pour le territoire dans lequel la Faculté est insérée – jusqu’à la représentation théâtrale par les étudiants du groupe UNI-TEATRO qui, dirigés par Daniele Wlderk et Angelo Pasquini, Anciens Elèves de la Faculté, ont mis en scène : « La comédie des erreurs » de William Shakespeare.

C’est une œuvre de jeunesse, écrite entre 1593 et 1594, qui raconte l’histoire de deux paires de jumeaux identiques séparés à la naissance. Une histoire d’équivoques et de malentendus, de faux-semblants et d’incompréhension qui transforme l’Aula Magna en un théâtre ouvert, dans lequel le public est impliqué dans les scènes et prend part à l’histoire. L’engagement des jeunes acteurs et actrices, résultats de soirées de répétition et d’ateliers de théâtre éducatif encore en période de restrictions dues à la pandémie de Covid-19, est récompensé par de longs applaudissements.

C’est un long applaudissement qui – comme le suggèrent les mots de salutation prononcés à la fin par sœur Piera Ruffinatto et au début par sœur María del Carmen Canales – a atteint ceux qui sont présents, ceux qui sont déjà passés et ceux qui arriveront demain, car l’amour pour les jeunes non seulement étudié, mais vécu et donné, devient vie en chacun(e), et devient un foyer qui accueille, une cour qui éduque et évangélise. Aujourd’hui comme hier.

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.