Ukraine  La Provinciale de la Visitatoriat Mère de Dieu d’Europe de l’Est – Géorgie (EEG), Sr Małgorzata Pietruszczak, interviewée, parle de la situation des Filles de Marie Auxiliatrice en Ukraine :

« Ce sont des situations que Dieu a préparées, auxquelles nous n’avions jamais pensé. Nos sœurs prient d’abord, puis elles restent avec le peuple, pour le peuple et parmi le peuple. Ce sont des situations que Dieu a préparées, auxquelles nous n’avions jamais pensé.

Ce n’est pas un hasard si le XXIVe Chapitre Général a souligné l’engagement d’« être une présence ». Les gens d’aujourd’hui n’ont besoin de rien d’autre, pas de grandes choses, mais de petites choses : s’asseoir à côté d’eux, distribuer de la nourriture, apporter du café, du thé chaud, surtout écouter, non pas dans le monde virtuel, mais dans le monde réel, car les gens sont réels.

Les FMA à Odessa sont au nombre de trois, elles rendent des services simples : préparer la nourriture, accueillir et écouter les gens. La zone est proche de Marioupol, Kherson et on peut entendre les bombardements. Deux d’entre elles aident dans la paroisse avec la Caritas, tandis qu’une autre travaille avec les Salésiens de Don Bosco. Même à Kiev, avant de partir, elles faisaient ainsi. Les sœurs sont courageuses et aussi raisonnables : tant qu’elles le peuvent, elles restent avec les gens et sont présentes par de petits gestes.

A Lviv maintenant elles sont cinq. La maison est proche de la frontière et accueille surtout des personnes de passage, partant pour la Pologne : elles accueillent, proposent un lit, restent avec elles. Quand la sirène retentit, elles descendent au sous-sol et y restent aussi longtemps que nécessaire”.

Sœur Małgorzata voit en tout un signe de la Providence : peu de temps après le déclenchement de la guerre, une des FMA en Ukraine, partit pour la Pologne avec sa mère qui venait de subir une intervention et là, invitée par d’autres religieuses, elle put aider en tant qu’interprète, connaissant l’ukrainien, le russe et le polonais.

Les religieuses ont pu ouvrir avec elle leurs portes pour accueillir les réfugiés, préparer les lits, les repas et quelques petits moments de récréation pour les enfants. Le gouvernement polonais a fourni des lits et facilité les déplacements dans les transports en commun.

L’aide apportée par cette FMA, qui par nécessité s’était déplacée en Pologne, a mis en évidence un besoin prioritaire qui ne réside pas seulement dans l’aide matérielle, mais dans le besoin d’être proche des gens dans ces moments d’exode et de connaître les langues, pour cela maintenant les FMA sont disponibles pour apporter de l’aide à d’autres postes frontaliers, où elles voient la nécessité avec la Provinciale d’agir comme interprètes.

Quand on arrive éprouvé par un conflit, en effet, il n’est pas facile de comprendre immédiatement la nouvelle situation et les exigences bureaucratiques. De plus, la fragilité des enfants commence à se faire sentir, tant d’un point de vue physique que mental, il faut donc écouter les mères et essayer de comprendre comment agir pour les aider.

Une FMA ukrainienne est allée dans une autre région de Pologne, où elle aide plus de 30 personnes, arrivées à des moments différents, à vivre en communauté, préparant les repas ensemble, organisant le rangement de la maison, proposant des jeux pour les enfants et assurant l’assistance. D’avoir été ainsi accueillis, ils arrivent peu à peu à apporter leur propre contribution à la vie commune et à revenir vivre dans une sorte de normalité.

“Que sera demain ? Je ne sais pas” conclut Sr Małgorzata, qui a dans ses yeux l’espoir et le désir, avec les FMA de sa Province et avec l’aide généreuse de toutes les Provinces du monde et de nombreuses Associations et bienfaiteurs, de porter secours à ce peuple. « Cette guerre est dramatique, mais si nous ne tirons pas les leçons de cette situation, rien ne changera. Si je ne me convertis pas, il n’y aura pas de paix : la paix ou la guerre commence avec nous, avec de petites choses. Il faut parler, dialoguer, sortir parfois de son point de vue, peut-être prier davantage, d’abord pour être humain, maternel, comme Dieu l’a pensé pour nous. Je ne sais pas ce que sera demain, mais je pense qu’il faut apprendre de ce qu’on vit aujourd’hui, de savoir respecter les différentes parties. La paix ou la guerre commence avec nous ».

L’Institut des Filles de Marie Auxiliatrice compte sur la générosité des Communautés éducatives, des Associations et des bienfaiteurs pour continuer à apporter de l’aide aux FMA d’Ukraine et des Provinces limitrophes qui accueillent des réfugiés. C’est possible d’envoyer des contributions, des offrandes à travers Donnez Maintenant ou par les méthodes indiquées sur le Site web de l’Institut FMA, en signalant : « Urgence Ukraine ».

Voir également:

Les FMA engagées à la frontière avec l’Ukraine – SLK

Lumières d’espoir pour l’Ukraine

Aide à l’Ukraine

Proches de l’Ukraine

Solidarité avec l’Ukraine

Des Communautés FMA de l’Ukraine

2 COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.