Slovaquie. Dans une vidéo, trois jeunes Filles de Marie Auxiliatrice de la Province Saint Jean Bosco (SLK) racontent l’expérience de 8 jours de volontariat à la frontière de Vyšné Nemecké entre la Slovaquie et l’Ukraine.

« Ce sont des histoires très fortes que nous racontent ces gens », dit Sœur Elen, évoquant surtout ceux qui viennent de Kharkov ou d’autres villes complètement détruites par les bombardements. “J’essaie de me souvenir de certains d’entre eux, mais en huit jours, ils sont trop nombreux”. Chez les enfants qui arrivent avec leurs mères, les réactions sont différentes : silence et confidentialité, ou envie de s’exprimer de manière décisive, comme le petit Dima, 8 ans, qui aimerait devenir Président pour garantir la paix pour tous.

“Il est important que les enfants et les jeunes sachent que la guerre et la violence ne sont pas bien, qu’il est terrible que des civils meurent” observe Sœur Elen avec le regard d’une éducatrice salésienne, et continue de raconter combien cela a été difficile, surtout de voir la souffrance et l’angoisse des mères sans pouvoir leur donner toute la sécurité dont elles ont besoin. Outre les premiers secours, “il faudra aussi penser à un soutien psychologique, pour qu’ils ne deviennent pas la proie de ceux qui peuvent profiter de leur fragilité”.

« C’est un grand cadeau pour moi », commence sœur Martina. “La raison pour laquelle je suis ici, c’est pour faire vivre aux gens qui arrivent un peu de proximité, pour leur faire sentir que Dieu les aime, malgré tout ce qui se passe”.

C’est un travail d’équipe que celui des FMA et d’autres volontaires : ceux qui connaissent le mieux les langues essaient d’identifier les besoins et orientent les personnes vers ceux qui les accompagnent vers ce dont ils ont besoin : une carte SIM, un endroit où passer la nuit selon la destination, l’arrêt de bus…

“Ils sont pour moi un bel exemple”, confie Sœur Martina “et c’est fort de voir combien de temps ils ont voulu tenir et rester en Ukraine mais qu’ils ne peuvent plus le faire, ou quand des mères arrivent avec leurs enfants et ne savent pas où aller  ni  que faire”.

D’autre part, il est réconfortant de voir combien de personnes sont prêtes à aider, à fournir un logement, un moyen de transport, à prendre soin de ceux qui arrivent… Plusieurs jeunes, comme les FMA, ont passé leurs vacances de printemps – début mars en Slovaquie – en faisant du bénévolat, en offrant ce qu’ils avaient et savaient faire. “Pourquoi suis-je ici ? Dès que j’ai appris cette situation, j’ai voulu aider et puisque je parle russe, j’ai pensé que je serais utile », raconte sœur Lamiya. Elle aussi a été très impressionnée par les récits des personnes qu’elle a entendus en premier, étant les plus proches de la frontière, avec la tâche d’interprète.

Les signes d’espoir et de générosité sont nombreux : “J’ai vu l’incroyable dévouement des gens, des bénévoles qui sont ici – des jeunes, des personnes âgées, des médecins, des militaires, des policiers, beaucoup de gens – chacun aide autant qu’il peut. Je sais que tout le monde ne peut pas être ici, mais je pense que tout le monde peut aider là où il est ».

Quelques jeunes volontaires de la Protection Civile apparaissent également dans la vidéo : “Il y a beaucoup d’histoires déchirantes”, raconte l’un d’entre eux “Beaucoup de personnes d’Ukraine qui sont accueillies nous voient comme de petits anges et nous sommes heureux de pouvoir aider”. La vidéo montre ce qui est proposé dans la zone de secours : vêtements, poussettes, jouets et autres biens, tentes pour se reposer et attendre l’arrivée des proches ou des moyens de transport, des espaces pour la cuisine et pour l’aide médicale… tout un village solidaire.

L’expérience des trois jeunes FMA se termine, tandis que demeure la gratitude pour ce qu’elles ont vécu : pour les histoires et les visages qu’elles porteront toujours dans leur cœur et dans la prière et pour le soutien priant reçu des Communautés et de ceux qui savaient qu’elles étaient engagées dans la tâche d’être une présence amicale et un signe d’espoir pour ceux qui ont tout perdu.

“Ne nous lassons pas d’accueillir généreusement, comme nous le faisons : non seulement maintenant, dans l’urgence, mais aussi dans les semaines et les mois à venir” (Papa Francesco, Angelus 20 marzo 2022).

L’Institut des Filles de Marie Auxiliatrice offre la possibilité d’envoyer des contributions, des offrandes à travers Donnez Maintenant ou par les méthodes indiquées sur le Site web de l’Institut FMA, en signalant : « Urgence Ukraine ».

Voir également:

Lumières d’espoir pour l’Ukraine

Aide à l’Ukraine

Proches de l’Ukraine

Solidarité avec l’Ukraine

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.