Turin (Italie) Jamais, depuis ses trente années de présence sur le territoire de la grande périphérie du Nord Ouest de Turin, le VIDES Maïn n’avait pas pu ouvrir ses portes aux enfants, aux adolescents, aux jeunes et aux familles qui, chaque jour, passent le seuil du Centre “La Petite Fenêtre” et les différents Centres rattachés à l’Association. Pourtant, c’est arrivé. Responsable, ce terrible virus que les enfants ont dessiné, tel un monstre féroce qui empêche les gens de s’approcher les uns aux autres.

La Communauté Educative du VIDES Maïn, qui a grandi à l’école de sœur Angela Cardani, Salésienne de la Province piémontaise Marie-Auxiliatrice (IPI) qui l’a fondée en 1990 et de la communauté Bienheureuse Laura Vicuña qui, avec elle, a parcouru infatigablement les rues des agglomérations populaires pour partager la vie des gens et porter l’espérance, a prévenu, face à cette situation de crise sanitaire, du risque que soit rendue vaine l’action éducative avec les familles.

Un groupe de travail, formé de FMA, éducateurs, animateurs, formateurs, volontaires – qui sont, ordinairement, 85 pour plus de 3 000 participants aux activités – a choisi, tout en changeant les modalités, de ne perdre de vue aucun secteur des activités habituelles, et au contraire de les renforcer. Ceci est possible à travers le réseau avec lequel VIDES Maïn travaille au quotidien : la Mairie de Turin, les Fondations – en particulier ‘Save the Children’ et la Compagnie de Saint Paul – la Protection Civile, les services sociaux, les conseillers pédiatres et de la parentalité, les hôpitaux, les écoles, les structures du temps libre, présentes dans la même zone urbaine.

L’activité de cette période se déploie en plusieurs directions car, conjointement à l’éducation, il faut s’occuper aussi de la survie des familles les plus fragiles, des mamans seules avec enfants, de celles qui avaient des contrats en intérim ou qui travaillaient dans de petites entreprises apparemment dissoutes aujourd’hui,  de qui a une personne invalide à la maison en raison de la fermeture du centre de jour, et de tant d’autres cas.

consegna viveri Vides Main Torino

Avec le soutien de ‘Save the Children’, de la Banque Alimentaire, des Pharmacies et avec l’aide de tant de personnes, des volontaires, avec une ‘unité mobile’, ont rejoint les familles dans leur maison,  ou mieux, sur le seuil de leurs entrées, pour leur apporter des produits de première nécessité et des aliment pour les enfants, ainsi que quelques gâteaux , livres et feutres pour les enfants et les jeunes. Une fois le colis reçu, les femmes sortent sur les balcons pour remercier, saluer et faire voir de loin, les petits enfants. La remise du colis est hebdomadaire et, aux familles suivies ordinairement, beaucoup d’autres se sont ajoutées, signalées par le réseau dont Vidès Maïn fait partie.

La proximité s’exprime ensuite dans la semaine, par appel vidéo ou Whats App, pour rejoindre les mamans les plus en difficulté : beaucoup travaillent dans 35/40m2 avec 4 ou 5 enfants et le mari, avec lequel les rapports ne sont pas toujours sereins. Elles ont besoin d’être accompagnées, de se redécouvrir comme femmes et pas seulement comme mères, de sentir que quelqu’un est prêt à cheminer avec elles.

L’autre versant est celui de l’école. Les volontaires ont accès à la plate-forme et aux registres électroniques des écoles. Ils passent une grande partie de la journée à aider les jeunes dans leurs devoirs, à les encourager pour qu’ils ne baissent pas les bras devant les difficultés qui sont réelles, car beaucoup de familles n’ont qu’un Smartphone, les crédits se terminent brusquement et les frères ne partagent pas toujours facilement le matériel. Ainsi, grâce aussi à ‘Save the Children’ et à la Compagnie de Saint Paul, une collecte de tablettes et d’ordinateurs a été organisée sur le territoire.

Les volontaires ont, par ailleurs, créé une page Face book et une chaîne You Tube pour publier des vidéos avec des jeux éducatifs, des activités manuelles, des exercices de danse, de hip-hop, de rugby et les histoires à raconter aux plus petits avant de dormir. A travers ces mêmes canaux de communication, ils rejoignent aussi les mamans avec les “comprimés d’italien” pour que, durant la quarantaine, elles n’oublient pas ce qu’elles ont appris aux cours. Pour les adolescents, ils ont créé des ‘banquettes virtuelles’ pour s’asseoir à côté d’eux et les écouter en cette période difficile, imprévisible et dramatique.

Le binôme “pain et culture”, ingrédients de l’amorevolezza, (bienveillance) est le critère qui guide les journées des FMA et des volontaires. Etre héritiers d’un rêve veut dire aussi ne pas oublier que dans des temps anciens, Don Bosco et Marie Mazzarello ne se sont pas retirés face à l’épidémie et n’ont pas eu peur de la contagion.

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.