Inde. Le 13 mars 2021, l’Auxilium College of Arts & Science for Women à Regunathapuram –  de la Province “Notre-Dame des Neiges” (INT) – a organisé un Séminaire intitulé « Participation des femmes du siècle dernier à la politique et au leadership » auquel ont participé les Institutions d’Enseignement Supérieur  d’Asie (ISS – FMA Asie) : Auxilium College Vellore (INM), Auxilium College Regunathapuram, Auxilium College of Education (INT), Auxilium College Udalguri , Assam (ING), Mary Our Help Technical Institute (Philippines), Mary Help of Christians College (Philippines) et Saibi Gakuen College (Japon). Plus d’un millier de participants ont suivi en ligne, via la chaîne YouTube du Collège Auxilium et environ 90 étudiants et certains membres du personnel de l’école, via la plateforme Zoom.

Le séminaire s’adressait aux femmes, en particulier à celles du siècle dernier  – la génération née entre 1980 et 2000 – qui entrent dans le monde du travail ou qui jouent un rôle de leadership. L’objectif du Séminaire était de se rendre compte de la présence des femmes dans les entreprises au siècle dernier, pour comprendre l’augmentation ou la diminution du nombre de rôles de leadership, en commençant par leur entrée dans le monde du travail.

L’égalité des sexes est d’une importance primordiale pour les femmes. Au siècle dernier les femmes  entrent dans le monde du travail en nombre égal à celui des hommes, même si elles ne sont pas encore suffisamment représentées dans des rôles de leadership. Les processus d’égalité des sexes et d’inclusion sur le lieu de travail, ont commencé, mais le changement est encore lent, surtout au niveau du leadership.

Au début du Séminaire, interviennent sr. Ivone Goulart Lopes, Collaboratrice dans l’Office FMA pour la Pastorale des Jeunes et Référente pour l’ISS-FMA, Sr. Runita Borja, Conseillère Générale de l’Office FMA pour la Pastorale des Jeunes et sr. Lolia Annie, collaboratrice dans cet Office FMA .

Sr. Peter Selvarani, Doyenne du Collège Auxilium, animatrice de la rencontre, a salué les participants et présenté les intervenants : Sr. Amalanathan Mary Margaret, Présidente de la Conférence Inter-Provinciale  de l’Inde (PCI) et Provinciale  de la province de INT, Sr. Regina Mary, membre du groupe de coordination ISS-FMA en Asie et le Père Johny Arockiaraj, Chercheur au Département des Relations Internationales, de l’université d’Asie du Sud à Delhi.

Sr. Amalanathan Mary Margaret a introduit le thème en décrivant les personnes du siècle dernier : «elles sont considérées comme la génération la plus connectée, élevée à l’ère d’Internet, communiquant par e-mail et médias sociaux. » Elle a souligné à quel point elles sont proactives et plus confiantes au travail, comment elles aiment le travail d’équipe et la recherche de défis. Sr. Mary Margaret a conclu en disant que l’environnement qui forme le comportement d’une personne à travers des valeurs et des convictions, lesquelles conduisent à croire que chacun a la capacité de se guider, est décisif.

Sr. Regina Mary a commencé sa relation en réfléchissant à la façon dont les pays dirigés par des femmes  ont géré la pandémie de la Covid-19 et sur le fait que le Pape François a augmenté le nombre de femmes engagées dans des ministères et des rôles de leadership dans l’Église.

Le rapporteur, le P. Johny Arockiaraj, a analysé de la participation des femmes à la vie politique, en commençant par les questions suivantes : Qu’est-ce que la politique ? Qu’est-ce que la participation? Il a dit que la politique commence dans l’esprit des citoyens, par leur façon de penser. Il a présenté des épisodes qui découlent d’idées contradictoires sur les droits des femmes par rapport à l’opinion publique, il a parlé de la contribution des femmes des pays sous-développés et a souligné les domaines de participation des femmes. Après un examen historique des trois vagues de féminisme, il a développé le thème de l’autonomisation politique et de la représentation des femmes dans les assemblées législatives indiennes. Les défis sur lesquels le débat des participants s’est ouvert étaient la violence à l’égard des femmes, les taux d’alphabétisation, les niveaux d’éducation et la discrimination.

Sr. Lolia Annie a partagé sa réflexion du point de vue de l’éducation : « Les leaders ne naissent pas, ils sont formés. Par conséquent, la première et la plus importante étape vers l’autonomisation est de changer les mentalités et de mettre en place toutes les valeurs spirituelles et humaines. Il est possible de former d’excellents jeunes leaders si vous êtes convaincus qu’ils sont les prémices de la société d’aujourd’hui et les dirigeants de demain ».

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.