Rome (Italie). La Mère Générale de l’Institut des Filles de Marie Auxiliatrice, Sr. Chiara Cazzuola, avec la Circulaire n° 1026 rejoint toutes les FMA au moment où nous nous préparons à la Fête de la Reconnaissance Mondiale pour exprimer notre gratitude à chacune : “Quand je contemple les merveilles que le Seigneur a opérées et continue d’opérer dans notre Institut, la louange et l’action de grâce surgissent spontanément pour la vie et la vocation de chaque Fille de Marie Auxiliatrice passée, présente et future”.

Remerciant les quatre Provinces de Colombie  qui préparent la Fête, qui aura lieu à Bogotá le 26 avril prochain, elle s’est ensuite attardée sur le thème – Avec Marie, nous engendrons une culture de paix – qui « vient de la réflexion sur les temps que nous vivons ; en fait, plus de trente guerres sont en cours dans le monde et la paix est menacée de bien des façons. Le thème est illuminé par la parole de Dieu “Heureux les artisans de paix, car ils seront appelés fils de Dieu” (Mt 5,9) et c’est une invitation explicite à ne pas se lasser de construire la paix, d’engendrer une culture de paix”.

Engendrer la vie pour l’avenir

Le thème s’inscrit également dans le parcours post-capitulaire, à partir duquel  Mère Chiara reprend le titre des Actes du XXIVe CG – Marie étant la “présence” génératrice de vie – pour souligner la priorité de l’engagement à réveiller la passion pour Jésus et la passion éducative et faire l’expérience de la fécondité dans sa dimension communautaire, impliquant tous les membres de la Communauté Éducative, chacun avec ses propres ressources. « Ensemble, nous nous sentons responsables de l’avenir du charisme. Nous sommes, en effet, responsables d’un don de l’Esprit Saint pour l’Église et pour le monde », souligne  Mère Chiara.

L’engagement prioritaire du Chapitre à vivre le service d’autorité, comme animateur créatif, dans le style circulaire et participatif, découle de la certitude que « le charisme a une force dynamique, ici et maintenant, qui nous est confiée, en tant que personne, en tant que communauté éducative  et en tant qu’Institut, mais son avenir dépend beaucoup de notre courage, de notre créativité active, de notre capacité à voir et à accueillir les nouveaux appels de Dieu » et qu’« une condition indispensable est le choix de cheminer ensemble et de chercher ensemble les voies les plus appropriées, en communion avec le cheminement synodal de l’Église ».

Pour une animation créative

Sans chercher à faire de la théorie sur le service d’animation, on retrouve chez Mère Mazzarello les attitudes d’engagement et de participation coresponsable requises de ceux qui exercent un service d’autorité. Conscients que “le renouveau souhaité par tous, pour un style d’animation plus communautaire, fraternel et synodal, nécessite – surtout en ce moment historique – une plus grande attention “, Mère Claire et le Conseil Général ont inclus dans la Programmation des Six ans des Séminaires des Conférences Interprovinciales sur le thème : «Pour une animation créative ».

Cheminant avec l’Église, immergées dans ce temps dans la dynamique synodale, en tant que Filles de Marie Auxiliatrice, il nous est « demandé d’assumer de plus en plus la synodalité comme style d’animation et de gouvernance, à tous les niveaux, pour une appréciation toujours plus grande de chaque personne et une mission plus fructueuse en faveur des jeunes les plus défavorisés ».

Responsabilité et obéissance

Mère Chiara souligne ensuite le lien étroit entre synodalité et obéissance : « La synodalité est basée sur l’obéissance qui est comme le “lien” de la communauté et il n’y a pas de véritable obéissance sans liberté intérieure et sens de la responsabilité envers la communauté et la mission». Rappelant l’art. 32 des Constitutions, elle souligne comment l’obéissance, que Don Bosco considère comme le “pivot” de la vie des FMA, doit être lue en termes de disponibilité totale à la mission à vivre en communion avec les sœurs, comme un mandat confié à toutes, avec un style issu d’un esprit de foi, d’un esprit joyeux et d’humilité, d’un sens de responsabilité et d’appartenance à l’Institut.

Pour mieux exprimer à quel point cette vertu était pour elle indispensable, le célèbre épisode est celui où Don Bosco prit un mouchoir et, après l’avoir froissé et pressé entre ses mains, dit : « Tout sera possible si tu me laisses faire de toi ce que tu as vu que j’ai fait du mouchoir ! (MB VI, chap. I, 11-12). Tandis que le même esprit salésien se retrouve chez Mère Mazzarello avec une empreinte féminine dans la phrase : “Faites librement ce que la charité exige” (L 35,3).

En conclusion de la Circulaire, Mère Chiara ne peut s’empêcher de rappeler « les sœurs et les communautés qui subissent avec leurs peuples la violence de la guerre, les injustices, les discriminations religieuses et sociales, les conséquences dramatiques du changement climatique, le tremblement de terre, surtout celui de la Syrie et de la Turquie ” et merci pour la générosité à soutenir ces situations, en continuant à encourager la prière pour la paix.

Elle termine par un souhait, également au nom du Conseil Général, pour une Sainte Pâque, à toutes les FMA et à leurs familles, au Recteur Majeur, le P. Ángel Fernández Artime, aux confrères salésiens, aux membres de la Famille Salésienne et « à tous ceux qui s’engagent, avec passion et amour, dans la mission éducative », avec une intention particulière : « Qu’un vœu d’espérance et de lumière soit spécialement pour les jeunes. Que la lumière de la Résurrection brille dans nos vies comme une proclamation d’espérance et de paix”.

Circulaire n° 1206

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.