Rome (Italie). Le 6 avril 2021 la Journée Internationale du Sport pour le Développement et la Paix créée par l’ONU en 2013 est célébrée dans le monde entier en mémoire de l’inauguration des premiers Jeux Olympiques de l’ère moderne qui se sont déroulés à Athènes (Grèce) le 6 avril 1896.

L’objectif de la Journée est de contribuer à développer la conscience au rôle historique du sport dans la poursuite du développement, de la paix, de l’égalité de genre et de l’intégration sociale. Le sport, en effet, permet de promouvoir l’intégration sociale et le développement économique dans de différents contextes géographiques, culturels, politiques et de diffuser des idéaux et des valeurs fondamentaux tels que la fraternité, la solidarité, la non-violence, la tolérance et la justice qui contribuent à la paix.

L’analogie sportive ‘’du travail d’équipe’’ est au centre de la Journée Internationale du Sport pour le Développement et la Paix 2021. L’hashtag #OnlyTogether will we play again,(SeulementEnsemble nous jouerons à nouveau) rappelle le rôle du sport et de l’activité physique afin d’aider la société dans la phase de reprise après la Pandémie de Covid-19. Le sport en tant que facteur de cohésion peut traverser les frontières, défier les stéréotypes et améliorer la santé physique et émotionnelle, en générant l’espoir. Les institutions et les organisations sportives sont appelées à diffuser un message d’égalité et de résilience qui peut contribuer à restaurer la société.

Afin de célébrer cette journée, le 6 avril 2021, l’Organisation Mondiale de la Santé, en collaboration avec les autres agences des Nations Unies, promeut un séminaire en ligne “réINVENTER ET reCONSTRUIRE – Des Systèmes d’activité physique plus forts, plus équitables, plus inclusifs pour tous”, dans lequel sera traité l’importance de l’activité physique et du sport pour la santé mentale et physique des personnes de tout âge ainsi que des défis et des opportunités à réinventer et à reconstruire un système sportif plus fort, plus juste et plus inclusif.

Dans la tradition salésienne, le sport est une dimension fondamentale du Système Préventif de Dom Bosco pour l’éducation intégrale de la personne et pour transmettre les valeurs humaines et chrétiennes. Le sport est ‘’est un exercice qui éduque à la vie’’. C’est dans la cour que s’exprime la pédagogie de l’environnement avec lequel Dom Bosco transforme la vitalité des jeunes garçons en énergie pour le bien afin qu’ils deviennent ‘’des bons chrétiens et des citoyens honnêtes’’ : J’utilisais cette récréation effrénée pour insinuer des pensées de religion à mes élèves. A certains avec un mot à l’oreille je recommandais une plus grande obéissance et une meilleure ponctualité dans les devoirs de leurs états’’ (Mémoires de l’Oratoire).

Dans une interview accordée au quotidien sportif italien Gazzetta dello Sport, le Pape François parle de la valeur pédagogique et éducative du sport, dont la pratique est souvent née sur les terrains de jeux des paroisses : ‘’L’Eglise a toujours nourri un grand intérêt pour le monde du sport. Nous pouvons dire que dans le sport, les communautés chrétiennes ont trouvé une des définitions les plus compréhensibles afin de parler aux jeunes. Pensons à Dom Bosco et aux oratoires salésiens, mais pensons à toutes les paroisses du monde, aussi et surtout aux plus pauvres, dans lesquelles il y a toujours un terrain à disposition afin de jouer et faire du sport. Par la pratique sportive, un jeune est encouragé à donner le meilleur de lui-même, à se fixer un objectif à atteindre, à ne pas se décourager, à collaborer en groupe. C’est une merveilleuse occasion de partager le plaisir de la victoire, l’amertume d’une défaite, de se réunir et donner le meilleur de soi’’.

Le sport est un langage universel pour promouvoir la paix et transformer la société : ‘’Les valeurs du sport sont des valeurs d’universalité et d’harmonie. Le sport se base sur des concepts de respect, de compréhension, d’intégration et de dialogue qui contribuent au développement et à la réalisation des individus, indépendamment de leur âge, de leur sexe, de leurs origines, de leurs croyances et de leurs opinions’’, a déclaré Audrey Azoulay, Directrice Générale de l’Unesco (Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture).

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.