TALITHA KUM: Conférence asiatique sur la traite des êtres humains.

TALITHA KUM: Conférence asiatique sur la traite des êtres humains. Hua Hin (Thaïlande). "Talitha Kum", le Réseau International de la Vie Consacrée contre la Traite des êtres humains, a organisé la première Conférence asiatique  sur la traite qui s’est déroulée du 10 au 14 novembre, dans la « Maison de retraite Salésienne », à Hua Hin en Thaïlande.

« Talitha Kum » est le Réseau International de la Vie Consacrée contre la Traite des Personnes ; ce réseau est né au sein de l’UISG (Union International des Supérieures Générales)  à Rome, dans le cadre d’un projet géré en collaboration  avec l’OIM (Organisation Internationale pour les Migrations) et est financé par le Gouvernement des Etats-Unis, l’Office pour la Population, les Réfugiés et les Migrations. Il a comme objectif de partager et d’optimiser les ressources que la Vie Religieuse possède en faveur des interventions  de prévention, de sensibilisation et de dénonciation  de la traite  des personnes et la protection  et l’assistance des victimes et des personnes vulnérables.
Le mot « traite » rappelle l’histoire des esclaves, le transfert par bateau d’un continent à un autre et son abolition  dans les premières années de 1880.  Mais en réalité de nombreuses formes d’esclavage existent toujours aujourd’hui. Des millions d’hommes, de femmes et d’enfants sont vendus comme objets, contraints de travailler pour rien ou pour un salaire de misère et sont à la merci totale des « donneurs de travail ». Les femmes sont emmenées pour la prostitution, les enfants sont vendus et achetés d’un pays à l’autre  et les hommes sont contraints de travailler sans droits dans de grandes propriétés foncières agricoles.
C’est une sorte d’esclavage de notre époque qui menace la liberté de millions d’individus. Il suffit de penser que la traite des êtres humains est une des activités les plus rémunératrices  des organisations criminelles  après celle de la drogue. En effet les données des Nations Unis sur le Trafique International  des personnes confirment cette triste priorité. On estime de 800 mille à 2 millions de personnes qui sont vendues chaque année, soit aujourd’hui   27 millions  qui vivent dans cet état d’esclavage moderne. La plus grande partie de ces personnes sont vendues pour être exploitées  sexuellement (58%), les autres sont mises aux travaux forcés (36%) et les autres encore sont dans les mains d’organisations criminelles pour le trafique d’organes. Neuf fois sur dix les victimes sont des femmes et des enfants  et de ceux-là un cas sur trois provient de l’Asie orientale du sud. (Pour les statistiques voir UNODC Global TIP Report 2012)     

A cette conférence ont participé 45 représentants du Réseau de Talitha Kum de l’Asie du Pacifique, engagés dans le travail de lutte contre la traite dans leur région respective où l’on enregistre le plus grand flux du trafique du monde entier : APWRATH (Asia-Pacific Women Religious Against Trafficking in Humans): Indonésie, Hong Kong, Cambodge, Corée, Taiwan, Thaïlande, Philippine, ACRATH (Australian Catholic Religious Against Trafficking in Humans), et AMRAT (Asian Movement of Religious Against Trafficking in Persons): Inde, Népal, Pakistan, Sri Lanka.  Il y avait aussi cinq collaborateurs laïcs : 1 de Hong Kong, 1 de la Thaïlande et 3 des  Philippines.

L’objectif de la rencontre était de vérifier l’application des lois et des politiques dans les actes, d’identifier les problèmes et les lacunes, d’étudier les stratégies de défense, de définir la ligne d’action avenir pour le groupe avec un calendrier précis.
Sr. Estella Castalone FMA, coordinatrice internationale de Talitha Kum, dans son message d’ouverture a voulu réfléchir avec le groupe sur le passage de l’Evangile de Marc (5,41) : Talitha Kum ! Enfant, je te l’ordonne lève toi !  « Regardons l’exemple de Jésus et rappelons notre mission délicate. C’est l’engagement du Réseau Talitha Kum : apporter soutien, protection et assistance à toutes les victimes de la traite des êtres humains ».

Elle rappela combien le Saint Père lui-même soutient cette mission ; en effet dans son premier message Urbi et Orbi, le dimanche de Pâque, le Pape a dit : « Paix au monde entier tellement divisé par l’avidité de ceux qui cherchent un gain facile, blessé par l’égoïsme  qui menace la vie humaine et la famille, l’égoïsme qui poursuit  la traite des personnes, l’esclavage le plus répandu dans ce 21e siècle ; la traite des personne est vraiment l’esclavage le plus répandu dans ce 21e siècle ! »

Sr. Estrella a ensuite focalisé le thème de la traite qui touche la vie de tant de personne : hommes, femmes et enfants, mais surtout les femmes et les enfants dans le but d’exploitation sexuelle, d’esclavage domestique, de travail forcé et de vente d’organes. Tout cela est vraiment inquiétant et surtout pour les responsables de pastorale c’est un appel très fort d’engagement pour arrêter cet esclavage.

L’avocate Cristina Sevilla, la jeune Jean Enriquez et la dame Amihan Abueva ont aidé la réflexion  par le dialogue et la confrontation, les travaux de groupes et également dans l’élaboration de la  Policy Advocacy Agenda sur la lutte contre la traite des personnes. On a défini les objectifs  et les stratégies fondamentales, la ligne politique et la législation en matière de protection, de prévention, de sauvetage et de réinsertion  avec l’approbation finale de la part de tous les membres de l’Assemblée.
Les objectifs jusqu’en 2015 sont :

  1. Renforcer le réseau en intensifiant la coordination, la communication, le partage des informations et des ressources.
  2. Faire prendre conscience, sensibiliser et  motiver le travail des personnes consacrées, en particulier les Supérieurs des Congrégations, les Conférences Episcopales, les chefs de l’Eglise, des diocèses et des communautés paroissiales locales, et également les membres de la société civile, contre la traite des personnes et de toute forme d’esclavage.
  3. Garantir la protection des victimes, encourager et donner espérance et amour ; prendre soin et offrir l’assistance dans les lieux de refuge pour s’y sentir en sécurité; travailler en étroite collaboration avec les différentes professions, organisations, familles, communautés et agences d’Etat pour sauver et réinsérer les survivants. 

http://www.talithakum.info/

Ecris un commentaire
3 commentaires
24/03/2014 17:04:00 - Catherine Dunne

I am delighted to read of the tremendous efforts made to curb Human Trafficking. I work in Ireland and we likewise need to alert people to what is happening. Our group is APT Act to prevent Trafficking. We focus on schools and colleges and parishes and now to upgrade our website. aptireland.org We would love to link with other efforts and share resources. Do visit our website and share. Every blessing Catherine

01/12/2013 00:18:59 - irmã maria Rita Zampirili

Fico feliz de ver a articulação de religosas, neste campo missionário. No Brasil, participamos recentemente do Encontro Nacional da Rede Um Grito pela Vida, em Brasília, de 15 a 17 de novembro 2013, com a participação da Rede Kawsai, Rama, Renate e Talitakum além de 62 participantes representação das redes dos núcleos da Conferência dos Religiosos do Brasil (CRB).Tivemos a alegria também de sermos 04 FMA: 02 da Inspetoria do Recife, 01 da Inspetoria de BH e eu da INSP/RJ. O encontro foi um tempo forte de partilha das ações realizadas nos núcleos, projeção da caminhada, onde coletivamente somamos forças para o enfrentamento ao tráfico humano.

30/11/2013 10:32:00 - Sr.Hilda Braganza FMA (INB)

Working to irradiate Human Trafficking is the need of the hour for us FMA. Helping many young people to prevent themselves from falling into prey to this inhuman cruel act of some insensitive and wicked people could save many lives from danger. It is disappointing to know that so many young people are caught up in this most human act of injustice to life in our modern world. Young people caught up in this find themselves without hope for the future. I have heard of some incidences what horrible risks have they have to face. I hope our congregation will go more into this work for help our young people.


OK Su questo sito NON utilizziamo cookie di profilazione, ma solo cookie tecnici e/o per il monitoraggio degli accessi. Se vuoi saperne di più clicca qui. Cliccando sul pulsante OK presti il consenso all'uso di tutti i cookie.