De Timor Est

De Timor Est Dili. En ces derniers jours, notre attention s’est tournée vers la population de Timor Est, encore une fois victime de violence. Nous lisons sur l’agence Misna (agence de nouvelles des missionnaires) que dans la capitale de Dili, il y a eu des affrontements armés entre violence entre des soldats et des ex-militaires expulsés de l’armée, il y a un mois, pour cause de désertion de l’armée de Timor.(Fdtl). Jusqu’à maintenant, on compte une dizaine de victimes, mais il est encore impossible de faire un bilan de la situation. Beaucoup de gens ont laissé leurs maisons par peur de rester pris et ils ont demandé l’hospitalité aux religieux parmi lesquels se trouvent les Salésiens et les Filles de Marie-Auxiliatrice, comme a expliqué le Ministre des Affaires externes du Timor José Ramos-Horta à la radio nationale néo-zélandaise: «Des dizaines de milliers de personnes qui ont fuit leurs demeures restent encore dans des logements de fortune à l’interne et à l’externe de la ville. Parmi ces gens, on sent la peur car ils craignent toujours de nouvelles violences».
Pendant ce temps, le Conseil de Sécurité de l’ONU a lancé un appel: «À toutes les parties responsables, pour qu’ils mettent fin à la violence et qu’ils participent au processus démocratique, respectant les droits humains et s’abstenant de tous actes d’intimidation». C’est ainsi que le représentant de Congo Brazzaville, Basile Ikouebe, qui préside l’organisme durant ce mois-ci, l’a rappelé. La situation est encore instable même si elle semble se limiter principalement à la capitale.
Au Timor, il y a 8 communautés fma, 3 dans la capitale Dili. Celles-ci ont déjà été témoins d’autres moments de crise quand le pays luttait pour son indépendance.
Parmi les Soeurs qui travaillent au Timor il y a aussi S.Alma Castagna, originaire de Lecco, diplômée en médecine. C’est elle qui avait reçu du président de la République Italienne la décoration de l’Officier de l’Ordre “au mérite de la République Italienne”, à l’occasion de la fête de la femme, réservée à des femmes “qui se sont distinguées dans la culture, dans la science ou dans le social”. S. Alma vit maintenant à Venilale, et elle est engagée comme médecin, pas seulement dans l’orphelinat, qui comprend plus de cent enfants mais aussi dans la maison d’accueil pour la maison d’accueil pour les mamans et leurs enfants, dans l’école professionnelle et au noviciat. Nous pensons que ce prix fut en reconnaissance pour le travail de toutes les FMA font sur cette terre, demeurant près des gens, surtout les plus pauvres et les sans défense.

Ecris un commentaire
Il n'y a pas de commentaires pour cette entrée.
Soyez le premier à laisser un commentaire!

OK Su questo sito NON utilizziamo cookie di profilazione, ma solo cookie tecnici e/o per il monitoraggio degli accessi. Se vuoi saperne di più clicca qui. Cliccando sul pulsante OK presti il consenso all'uso di tutti i cookie.