Rivista DMA

Tout l’Evangile est là

Tout l’Evangile est là

Benoît XVI et le pape François illuminent aujourd'hui la vie de l'Eglise et du monde par leur manière d’être. Ils sont différents, et cependant ils ont beaucoup de points communs. Ce sont des témoins d'humilité : celle qui a poussé Benoît XVI à renoncer au pontificat et le pape François l'a voulu proche comme soutien sûr dans la prière. Ils ont en commun la passion de l’évangélisation et se sont engagés pour l'unité de l'Eglise. Cette humilité apparaît de manière limpide dans l'Encyclique «Lumen fidei», écrite à «quatre mains», comme l'a affirmé le Pape, et dans laquelle il a même puisé l'inspiration pour l'extraordinaire exhorta-tion «Evangelii gaudium».

Ils ont tous les deux une prédilection particu-lière pour les faibles et les pauvres, sous la forme d’une grande bonté du coeur, de respect, de miséricorde.

Pour Benoît «celui qui se reconnaît faible et pécheur et qui fait confiance à Dieu et obtient de lui grâce et pardon, au coeur de la célébra-tion sacramentelle il n’y a pas le péché, mais la miséricorde de Dieu, infiniment plus grande que notre faute». Pour le Pape François c'est un leit motiv répété que «la joie de Dieu est de par-donner. C'est la joie d'un pasteur qui retrouve sa petite brebis, d'un père qui accueille le fils à la maison... Ici c'est tout l'Evangile, c'est tout le christianisme... ce n'est pas du sentimental, ni de la bonhomie.

Ce numéro du DMA propose ce thème qui est profondément évangélique. La miséricorde est vue sous l'angle d'un Dieu qui continue à aimer, à avoir confiance en nous, malgré notre péché, pour nous renvoyer à notre vocation première d'être collaborateurs avec Lui dans la construction d'un monde plus humain. Parler de miséricorde, ce n'est pas seulement des sentiments du coeur, des émotions. Il s’agit d’agir. La miséricorde nous provoque à vivre un style relationnel qui rapproche de l'autre, avec respect et engagement.

Nous présentons le témoignage incisif de quelques femmes, imprégnées de respect et de miséricorde. Comme Dorothy Day, activiste libérale convertie, pour laquelle ce n'est pas seulement l'hospitalité de la maison, mais aussi celle du visage et du coeur. Pour elle «le véritable amour est délicat et bon, il est fait de compréhension, de beauté, de grâce, et de joie indicible». Comme Angela Vallese, qui savait animer la communauté où germaient visiblement les fruits de l'Esprit : amour, joie, paix, bienveillance, bonté.

«Quand nous comprenons que Dieu aime même le plus abandonné des êtres humains, le coeur s'ouvre aux autres, nous devenons plus attentifs à la dignité de chaque personne et nous nous interrogeons sur le comment participer à la préparation de leur avenir» : ceci est la conviction qui a soutenu le frère Roger tout au long de sa vie. Et c'est certaine-ment aussi la nôtre.

gteruggi@cgfma.org

OK Su questo sito NON utilizziamo cookie di profilazione, ma solo cookie tecnici e/o per il monitoraggio degli accessi. Se vuoi saperne di più clicca qui. Cliccando sul pulsante OK presti il consenso all'uso di tutti i cookie.