Rivista DMA

Allez sans peur

Allez sans peur”

Dans une de ses circulaires, Mère Antonia Colombo faisait remarquer que «les élèves saints exigent des éducateurs saints, capables de vivre la parousie évangélique et de surmonter la timidité pour proposer aux jeunes des objectifs de beauté, de vérité, de bonté, rendus attrrayants par la transparence de leur témoignage (Circ. 854).

Paroles actuelles, en lien avec le temps que nous vivons, proche de la fête des Saints et proche de la réflexion qui nous engage dans ce temps pré-capitulaire. Mère Yvonne nous rappelle que «seule une vie qui se risque par amour, comme Jésus, dans le quotidien et s’ouvre avec audace aux situations de la jeunesse pauvre, devient sacrement de la présence de Dieu et, par le fait même évan-gélise ! Et elle souligne que «la maison que nous voulons construire ensemble a la porte ouverte pour laisser entrer la lumière de la Parole et l’amour misirécordieux et gratuit de Dieu, pour éclairer avec courage, allant en même temps à contre-courant et payant de sa personne» (Circ. 934).

Audace, courage, capacité de choix à contre-courant sont des attitudes qui expriment l’exi-gence de parousie qui nous est demandée aujourd’hui. Elles impliquent un chemin exigeant d’exode, de sécurité, d’ajustement d’une vie de saveur bourgeoise, de peur de s’exposer avec un don radical. C’est la voie que nous propose, de façon crédible, le Pape François. Nous ressentons en nous l’écho des paroles que le 23 juin, il a prononcé à l’Angelus dominical : «Je vois que, parmi vous, il y a beaucoup de jeunes. Je vous dis :n’ayez pas peur d’aller à contre-courant quand ils veulent vous voler l’espérance, quands ils vous proposent des valeurs avariées comme un repas périmé, il est nécessaire d’aller à contre-courant et d’être fier de le faire.

Dans ce numéro, le thème de l’audace évangélique vient décliner , sous un autre angle, des points divers.
Chaque parcours nous paraît une voie à suivre, comme pour qui en a fait le tissu de sa propre vie.
Ainsi pour Don Ricardo Tonelli, qui nous manque (et qui manque effectivement à beaucoup) parti il y a un mois et qui a été pour nous un frère, un ami, un père, un maître, un consiller discret.
Un guide sûr et courageux qui a su “valoriser l’intuition féminine , valoriser l’humain, le lieu de la rencontre avec Dieu et appuyer résolu-ment sur l’éducation, sur les processus éducatifs pour annoncer un message de Vérité qui sauve et rend la personne plus personne”.
A lui une pensée de forte et vive gratitude encore pour avoir été de 1982 à 1990 directeur de notre revue Da mihi animas. Il nous a aidées à être courageuses et cohérentes avec la ligne annoncée dans le Projet de Pastorale des Jeunes de l’Institut.
Don Ricardo : un sage avec le coeur des ‘pauvres d’esprit’.

gteruggi@cgfma.org

OK Su questo sito NON utilizziamo cookie di profilazione, ma solo cookie tecnici e/o per il monitoraggio degli accessi. Se vuoi saperne di più clicca qui. Cliccando sul pulsante OK presti il consenso all'uso di tutti i cookie.