Rivista DMA

Il suffit que tu sois jeune

Il suffit que tu sois jeune

Nous avons une prédilection spéciale pour les jeunes : nous leur consacrons ressources, énergies et même notre vie. Dès les premières années de la formation, nous voyons que Marie-Dominique et Don Bosco ont fait des jeunes, leur mission. Nous avons été ainsi contaminées par leur passion pour l’éducation qui dépasse nos pensées et maintes fois constitue notre croix. Nous avons appris qu’il suffit qu’ils soient jeunes pour les aimer, prendre soin d’eux, les considérer comme une ressource précieuse pour la société et pour l’Eglise. “Avec vous je me trouve bien” affirmait Don Bosco. “A toi je les confie” avait reçu en consigne Marie-Dominique à Borgoalto.

Ce n’est pas une période facile que les jeunes générations traversent dans chaque partie du monde, vécue de façon différente. Dans l’ère des nouvelles technologies, des découvertes qui ne s’arrêtent pas, les jeunes doivent faire face à une quantité considérable d’opportunités et parfois se trouvent dans la confusion, désorientés à côté des modèles proposés de valeurs, d’idéaux. A ces jeunes nous voulons dire par la vie, la présence, l’amour qui se rend visible, que nous sommes de leur côté, que nous avons à cœur leur présent et leur avenir, les désirs et les fatigues qui les assaillent.

Il est courant d’entendre dans les conversations des gens des phrases négatives concernant les jeunes ...

“Notre jeunesse grandit mal, n’a aucun respect pour les anciens”. “ Je ne vois aucune espérance pour l’avenir de notre pays si c’est la jeunesse d’aujourd’hui qui gouverneront demain”. “Les jeunes sont mal éduqués et manquent de courage. Les jeunes d’aujourd’hui ne seront jamais capables de maintenir notre culture”. Ce sont des phrases entendues bien sûr dans le dernier voyage en bus mais ce sont des inscriptions qui reportent aux affirmations de Socrate (470 a. C.), Exode (720 a.C.) des citoyens de l’ancienne Babylone (2500 a.C).

Retenir les jeunes, un “problème“ est souvent un lieu commun. Nous savons que leur mal-être est lié au mal-être des adultes. Pour cela nous parlons d’“émergence éducative”. C’est à nous, éducateurs, éducatrices qu’il est demandé de faire le premier pas, même quand ils nous tournent le dos, qu’ils nous provoquent ou qu’ils sont indifférents.

Les jeunes : notre mission. Nous les regardons avec espérance, les cherchons, nous nous engageons à connaître leur vécu même si parfois il est indéchiffrable. Parce que c’est la vie évangélique. Le charisme que nous avons reçu comme don.

gteruggi@cgfma.org

OK Su questo sito NON utilizziamo cookie di profilazione, ma solo cookie tecnici e/o per il monitoraggio degli accessi. Se vuoi saperne di più clicca qui. Cliccando sul pulsante OK presti il consenso all'uso di tutti i cookie.