Rivista DMA

Un pas de plus

Un pas de plus

Un aller différent, un pas de plus : ainsi peut-on décrire l’espérance. Celle qui se fonde sur une certitude : Jésus, le Seigneur, est ressus-cité. C’est le signe d’une grande espérance.

Telle est l’optique avec laquelle -dans le présent numéro de la Revue– est proposée une réflexion sur l’appel à être Témoins de l’espérance, témoins du Ressuscité. Ce n’est pas une espérance qui s’appuie sur l’émotion ou l’attente de quelque chose, de quelqu’un. Parce que nous cheminons derrière le Christ et croyons à la Bonne Nouvelle qu’on nous a communiquée, nous sommes des femmes d’espérance. Nous le sommes dans les moments joyeux, quand nous entrevoyons des rais de lumière et que le chemin est uni. Nous le sommes quand il semble que tout croule en nous et autour de nous.

“L’espérance n’est pas la conviction que les choses auront un terme heureux : c’est la certitude que les choses ont un sens “, affirmait Vaclav Havel. Et le sens nous le trouvons dans ce qui transcende l’immédiat, dans un avenir qui nous a été promis et dans lequel nous croyons. L’espérance peut habiter ainsi les logiques du quotidien, non seulement comme refuge à nos inquiétudes, mais comme une implication personnelle dans la construction de la trame des jours et des événements. Parce que l’espérance est aussi engagement, responsabilité, ténacité, promo-tion de la justice. L’espérance est de se lever le matin et de croire que, malgré la fatigue de ”mettre ensemble tant de morceaux de la vie”, nous ne sommes toutefois “pas frag mentés” : c’est donner un sens en tout ce qui nous arrive.

Espérance, foi, confiance : valeurs insépa-rables, qui nous permettent de croire à l’impossible. C’est celà l’attitude biblique expérimentée par ceux qui actualisent ces choix en contradiction avec les styles de vie courante. Ainsi Marie, le témoin efficace qui chemine avec nous, l’Aide qui nous accom-pagne sur les sentiers de l’avenir. Ainsi Don Bosco, Marie-Dominique Mazzarello, tant de soeurs et de jeunes sont devenus “témoins” de l’espérance.

Aujourd’hui nous traversons une crise diffuse d’espérance, chez les jeunes et les moins jeunes. Mais nous rencontrons aussi, dans nos communautés éducatives, des personnes crédibles, qui savent “faire jaillir des étincelles de sagesse modérée, de foi transparente qui reconnaît Dieu comme valeur unique de la vie”. Les personnes de tout âge, souvent des soeurs âgées, qui actualisent l’intuition de Jean de la Croix : “Je connais bien la source qui jaillit et coule, bien que ce soit la nuit“.

Nous vivons en dehors de nous : nous ne savons pas irradier l’espérance en nous et chez les jeunes, qui nous coôtoient comme terre promise, horizon ouvert, “ vaste champ” à cultiver pour une vie pleine. Dans la foi, dans la prière, dans le don quotidien de soi.

gteruggi@cgfma.org

OK Su questo sito NON utilizziamo cookie di profilazione, ma solo cookie tecnici e/o per il monitoraggio degli accessi. Se vuoi saperne di più clicca qui. Cliccando sul pulsante OK presti il consenso all'uso di tutti i cookie.