Rivista DMA

Une attention toujours présente

Une attention toujours présente Vivre les relations interpersonnelles sereines, en réciprocité, devient souvent un défi. Dans les familles, en communauté, dans les groupes parfois transparaissent, sur ce thème, des airs de pessimisme. Ce sont à proprement parler des “prophètes de malheur” qui compromettent sérieusement la communication, minant ce besoin d’espérance et de positif auquel tous en général aspirent.

Dans une communauté qui entend être évangélique et est habitée par la grâce , il est impensable que l’espérance soit diminuée et éteinte.
Les conditions pour un style relationnel qui alimente la vie et l’espérance est le choix libre d’une pauvreté sobre, en alternative aux provocations de la “société consumériste où trop de choses deviennent indispensables”.
Y a-t-il un rapport entre la pauvreté et les relations interpersonnelles ?
Dans le texte d’ouverture de ce numéro, on fait remarquer que “à force d’aller de l’esprit de possession sur les choses on passe inévitablement à l’auto-possession avec la conséquence de la perte de la joie d’appartenir au Seigneur et de participer à son mystère”. “Chaque forme de pauvreté demande un type spécifique d’aide, mais à la racine il faut reconnaître qu’il ne suffit pas de donner quelque chose, mais qu’il est nécessaire des’offrir soi-même : sa bonté, son attention affectueuse, son humble service en tout ce qui peut être utile à l’autre”. Il me semble que ce soit là les prémices pour vivre une relation ouverte, libre. Freud soutenait que, pour connaître et rencontrer une personne, il était nécessaire de l’approcher avec une “attention toujours présente”. Pour commenter ceci, un Auteur moderne relève comment se faire petit est de qui “a une inspiration qui n’a d’autre but que la volonté personnelle de l’autre ; tout le but de ces efforts est de favoriser l’autonomie de l’autre et l’unique intention consiste à faire abstraction de soi-même”.

Dans cet optique, il est possible d’aller plus loin outre “l’enveloppe dure et insignifiante”, comme celle d’une huître dans laquelle peut se cacher une perle d’une valeur extraordinaire. Aussi derrière l’écorce la plus dure où il est cependant souhaitable une amélioration, la voie la plus efficace est de faire régner le calme et la clarté dans sa vie, afin que la confusion, le mal, la fausseté puissent disparaître de soi. Et ceci, par la force du climat de respect, d’attention toujours présente, de chaleur humaine dans l’engagement d’un accompagnement qui ne remplace pas l’autre.
Vivre la sobriété personnelle qui dépasse les protagonismes. Assumer une pauvreté sobre. Et accueillir la confiance de la relation réussie.

gteruggi@cgfma.org

OK Su questo sito NON utilizziamo cookie di profilazione, ma solo cookie tecnici e/o per il monitoraggio degli accessi. Se vuoi saperne di più clicca qui. Cliccando sul pulsante OK presti il consenso all'uso di tutti i cookie.