Rivista DMA

Je fais tout pour l’Evangile

Je fais tout pour l’Evangile Le dernier numéro de DMA 2009 cherche à encourager une réflexion sur l’engagement dans l’évangélisation. Il s’agit d’un don et d’un devoir à réaliser en urgence, sans délai. On l’a dit plusieurs fois lors de l’assemblée capitulaire, -pendant laquelle on s’est orienté vers un approfondissement sérieux et systématique de cette question- dont on a pensé qu’elle était proche du thème même du Chapitre. Une belle conclusion, à laquelle a été associée la proposition d’une première voie vers la conversion à l’amour, voie adoptée par chaque FMA : “Être la mémoire vivante de la manière de vivre et d’agir de Jésus”. L’évangélisation plante ses racines dans le cœur avant de devenir signe et vie.
L’Evangélisation est communication –souligne le dossier-et est certes parole, mais aussi et avant tout, une manière d’être, un mode de vie. Elle consiste à évoquer par notre existence propre combien la vie chrétienne est “bonne”. Quel signe plus grand –se demande Enzo Bianchi– que celui d’une vie habitée par la charité, les bonnes actions, l’amour gratuit qui s’attache même à notre ennemi en l’embrassant, une vie de service surtout auprès des pauvres, les derniers, les victimes de l’histoire?”.
Evangéliser le cœur avant tout. Cela suppose un processus d’autoformation avec la conscience que nous sommes porteurs d’un savoir et d’un savoir faire. Le parcours formateur - souligne la rubrique “Vie consacrée...” - accompagne la personne vers une pleine conformité avec le Christ, selon le charisme de l’Institut, doit être une présence significative dans le contexte où nous vivons. C’est la moitié de la formation.
Nous vivons un moment historique au sein duquel il nous est impossible de garder le silence. Depuis l’évènement de la Pentecôte –révèle le Fil d’Ariane– l’Eglise a pris une conscience mûrie de la part active qu’elle doit avoir dans la société et dans le monde : son devoir précis est de parler du Dieu de Jésus Christ. Avec confiance, elle est disposée à aller à contre courant, avec le courage d’une parole limpide et libre, en mesure de marquer la femme et l’homme d’aujourd’hui.
Un grand défi pour nous, éducateurs, reste la demande : comment former les jeunes à la foi ? Une tentative de réponse à cette question complexe est donnée dans la rubrique Pastoralement. Les temps sont difficiles et souvent nous manquons d’une claire stratégie dans notre parcours. Toutefois, Mère Teresa de Calcutta l’affirmait, “les temps difficiles peuvent se révéler comme les temps les plus évangéliques”. La formation à la foi à notre époque n’est pas tant une question de moyens dont on dispose qu’une question de source à découvrir. Il est urgent de revenir aux sources auxquelles se sont abreuvés les prophètes de tous les temps et qu’ils nous montrent comme essentielles dans les moments où les certitudes sont ébranlées jusqu’aux fondations. La source se trouve dans le cœur des personnes, et pour nous elle se nourrit du partage de la compagnie avec tant de jeunes désirés de Dieu. La source évangélise le cœur et encourage la passion brûlante de vivre et d’agir uniquement pour l’Evangile.

gteruggi@cgfma.org

OK Su questo sito NON utilizziamo cookie di profilazione, ma solo cookie tecnici e/o per il monitoraggio degli accessi. Se vuoi saperne di più clicca qui. Cliccando sul pulsante OK presti il consenso all'uso di tutti i cookie.