Rivista DMA

Don pour l’avenir

Don pour l’avenir En général les jeunes ont plus les yeux fixés sur l’avenir que sur le passé, même si par peur de l’avenir ils choisissent parfois de l’ignorer et vivent concentrés sur le présent. Cependant ils se sentent pousser à aller de l’avant. Et quand ils entendent la formule “on a toujours fait comme cela” ils réagissent de manière négative, refusant ce style de réponse qui est signe d’immobilisme et de fermeture face à la nouveauté et à la créativité.
Pourtant nous ne pouvons pas ne pas tenir compte du passé, parce que “la mémoire est source d’identité pour le présent; mémoire et identité unies ensemble sont sources d’ouverture et de garantie pour l’avenir”. S’il en est ainsi, il est donc fondamental pour chacune de nous de regarder le passé en fonction de l’avenir. Non pas avec la nostalgie du “on a toujours fait comme cela” avec la sécurité qui en découle, mais comme “provocation à la fidélité dans le présent”, comme “invitation à vivre selon les exigences actuelles” une passion éducative qui a permis à tant de sœurs de répondre aux attentes des jeunes.
En septembre 2008, au début du Chapitre sœur Grazia Loparco a présenté une réflexion sur le thème : Traces d’amour prévenants dans l’histoire des FMA. Au début, plusieurs considérations articulées autour de l’idée du don pour un avenir étaient particulièrement intéressantes : “L’histoire nous montrent que les choses ne doivent pas être nécessairement ce qu’elles sont, et qu’elles peuvent nous ouvrir à un avenir inattendu. […] L’histoire nous introduit dans une communauté plus large que celle dans laquelle nous vivons aujourd’hui. Nous découvrons que nous sommes des membres de la communauté des saints et de la communauté de nos prédécesseurs. Nous confrontons nos perceptions avec leur témoignage, et celui-ci nous invite à une vision plus ample que celle que nous pourrions avoir aujour­d’hui dans les limites mesquines de notre temps.” Cette relation a eu un impact si convaincant, que l’assemblée capitulaire a décidé de constituer une commission internationale qui aura comme but de favoriser la recherche, la documentation, l’étude et la transmission de l’histoire de l’Institut. Cette décision a été ensuite insérée dans la Programmation du sexennat dans lequel, entre autre, on invite à “promouvoir, dans les communautés provinciales, le retour aux sources du charisme, par une connaissance adéquate des Fondateurs et des Patrons de l’Institut, afin que se réveille en nous la passion pour le Christ et pour les jeunes et que se ravive la conviction que Marie est présente dans notre mission.” (Programmation du Conseil général 2.1).
A la question posée récemment au card. Carlo Maria Martini : “Comment les adultes devraient-ils se comporter avec les jeunes pour transmettre le christianisme et le faire refleurir ?”, la réponse a été : “Remets à tes fils, un mode qui ne soit pas en ruine. Fais en sorte qu’ils soient enracinés dans la tradition, surtout dans la Bible. Lis-la avec eux. Aie une grande confiance dans les jeunes, ils résoudront les problèmes. N’oublie pas de leur imposer aussi des limites. Ils apprendront à supporter les difficultés et les injures si pour eux la justice compte plus que tout autre chose”
(Conversations nocturnes à Jérusalem 2009).

gteruggi@cgfma.org

OK Su questo sito NON utilizziamo cookie di profilazione, ma solo cookie tecnici e/o per il monitoraggio degli accessi. Se vuoi saperne di più clicca qui. Cliccando sul pulsante OK presti il consenso all'uso di tutti i cookie.